Le skate-park, pour dynamiser la ville

Sport urbain par excellence, le skateboard s’est popularisé en France dans les années 80. Utilisant d’abord les éléments de mobilier urbain, ses adeptes profitent désormais de skate-parks entièrement dédiés à la pratique des sports de glisse. Plus de 2600 parks sont recensés en France et les collectivités locales – qui sont à l’initiative de 90% d’entre eux – entendent bien poursuivre la tendance avec de nouvelles structures.

Le skatepark est un choix de plus en plus évident

Par skatepark, on entend un espace regroupant différents modules permettant la pratique des 4 sports de glisse que sont le skateboard, la trottinette, le roller et le BMX. Ceux-ci ont le vent en poupe (rappelons que le BMX est déjà un sport olympique et qu’il sera rejoint dès 2020 par le skateboard). De nombreuses initiatives pour développer ces sports en centre-ville voient le jour un peu partout. En atteste cet espace dédié aux skateurs en plein Paris, Place de la République, créé par Volcom etSterling Projects.

Les bénéfices de la création d’un skatepark sont multiples :

  • Cet espace dédié est avant tout un excellent moyen de répondre à une forte demande. L’investissement reste minime rapporté au nombre de pratiquants.
  • Le skatepark est davantage qu’un équipement sportif. Il faut y voir un espace d’animation, un lieu de rassemblement vecteur de lien social : nombre de personnes présentes sur un park ne pratiquent pas.
  • La présence d’un skatepark sert l’image de la ville. En termes de tourisme, les bénéfices sont aussi significatifs avec une population toujours à l’affût de rider (comprenez pratiquer) de nouveaux modules.

L’intérêt des mairies pour les rampes de skate est tel que l’état s’est invité dans la danse en proposant un guide pratique pour optimiser la mise en place de ces espaces.

Les modules de skateboard : un choix à privilégier

Si un sol béton est de toute façon souhaitable, deux options s’opposent pour les structures : modules ou skatepark béton. Les avantages des modules sont les suivants :

  • Les modules permettent d’avoir un espace évolutif, pouvant être construit au fur et à mesure, en fonction des contraintes budgétaires.
  • Les possibilités de réaménagement sont facilitées. Critère important pour maintenir l’intérêt sur un sport qui évolue sans cesse. Il est recommandé de donner un coup de neuf aux skateparks tous les 3 ans au moins.
  • Les modules sont moins traumatisants en cas de chute.
  • Pour les sportifs, ce format favorise les tricks (figures) les plus spectaculaires.

Quels critères prendre en compte pour l'installation du skate-park ?

Avant toute chose, il est important de bien définir le projet :

  • Quelle discipline viser : faut-il un skatepark polyvalent avec des modules adaptés à la pratique des 4 sports de glisse ? Ou un park créé autour d’une discipline en particulier ? Sachez, pour nourrir la réflexion, que le skateboard n’est plus majoritaire dans les parks.
  • Quelle cible : un park familial et donc accessible ou des modules plus pointus, plus attractifs pour les fans mais aussi plus sélectifs ?
  • Lieu : il doit être facile d’accès tout en évitant d’éventuelles nuisances sonores pour le voisinage.

La superficie disponible conditionnera le nombre de modules et le dessin du « parcours ».

Enfin, les matières utilisées pour le revêtement d’une rampe de skate sont une autre composante de la décision. Aluminium, métal, bois, laminé et skatelite sont les différentes options s’offrant à vous.

Consultez dès maintenant notre plaquette !

Consulter