Skip links

Quel sol sportif pour un terrain de volley-ball ?

Un bon sol sportif volleyball ne fait peut-être pas gagner un match (quoique) mais il doit assurer deux fonctions essentielles : 1. préserver l’intégrité physique du joueur 2. favoriser ses performances sportives. Mais parmi tous les terrains de volley-ball existants combien peuvent se prévaloir de posséder ces qualités ? Pour répondre à cette double problématique, le projet de création ou de rénovation de la salle de volley doit mettre le type de revêtement au coeur du débat.

Quelles normes pour un terrain de volley-ball ?

La Fédération française de volley-ball reste assez floue sur la meilleure façon de choisir son type de sol volley. Tout juste souligne-t-elle que le respect de la norme EN 14904 est obligatoire pour une pratique du volley en salle.

Pour y voir plus clair, intéressons-nous aux caractéristiques du sport. La variété des déplacements du volleyeur est large : courses, rotations, sauts, plongeons… Son interaction avec le sol est permanente et souvent intense. Pour assurer la sécurité du joueur et optimiser ses performances, il est primordial de valider 3 critères essentiels à une pratique dans de bonnes conditions :

  1. Un bon taux d’absorption des chocs
  2. La glissance optimale de la surface
  3. Un taux de déformation verticale adéquat.

Tout sol sportif étant « dans les clous » sur ces 3 items de la norme EN 14904 (un 4ème critère existe, le taux de rebond du ballon, mais n’est bien sûr pas pertinent sur le volley) peut légitimement être utilisé pour jouer au volley-ball.

Sol ponctuel, sol surfacique ou sol combiné ?

Le type de déformation élastique subie par le sol lors des impacts est très important. Qui du sol ponctuel, du sol surfacique ou du sol combiné est le plus pertinent pour le volley-ball ?

Un sol à déformation ponctuelle assure une absorption optimale des chocs et conviendra pour une pratique d’un jeune public ou dans un cadre scolaire. L’élasticité surfacique s’adresse à un public plus aguerri mais peut être traumatisante pour un sport « vertical » en raison d’un amortissement limité des chocs.

L’idéal, pour un club, est sans doute d’associer un revêtement ponctuel à une sous-structure en bois surfacique. Le sol à déformation combinée permet, en cumulant les deux effets, d’assurer la sécurité des joueurs tout en répondant à des performances sportives élevées.

Plancher bois ou revêtement synthétique ?

Soyons clairs, nous ne pouvons répondre à cette question de façon tranchée. Il est avant tout primordial d’identifier votre besoin : utilisation partagée avec d’autres sports ? Organisation potentielle d’événements extrasportifs ? Quel public fréquentera la salle de volley ? Vos réponses permettront d’orienter votre réflexion.

Regardons néanmoins les avantages de ces 2 types de revêtement. Pour les planchers :

  • Aspect noble du bois
  • Grande résistance
  • Très longue durée de vie
  • Confort d’utilisation
  • Taux d’absorption des chocs élevé, associé à une sous-structure continue
  • Plutôt adapté à un usage compétition
  • Entretien facile
  • Produit naturel
  • Polyvalence multisports (sports roulants) et multiactivités

Pour les revêtements synthétiques, PVC ou résine :

  • Solution économique
  • Coulée in situ pour une surface totalement lisse (résine)
  • Entretien facile
  • Réparation facile
  • Grande polyvalence (résine > PVC)
  • Excellente adhérence
  • Grande résistance à l’usure
  • Couleurs totalement personnalisables

Afin d’avoir une idée plus précise du choix de votre futur sol de volley-ball, vous pouvez consulter les produits que nous avons sélectionnés. Et n’hésitez pas à contacter l’un des experts Art-Dan : nous nous ferons un plaisir de vous accompagner dans votre réflexion !

Consultez dès maintenant notre plaquette !

Consulter